top of page
Rechercher
  • Vibaantta

La Récolte de Riz Plus Faible de l'Inde Ouvre la Voie à des Restrictions d'Exportation Prolongées


India's Smaller Rice Crop

L'Inde, souvent qualifiée de grenier à riz du monde, a longtemps été un acteur dominant sur le marché mondial du riz. Cependant, cette année, le pays est confronté à un défi inhabituel. Pour la première fois en huit ans, la production de riz en Inde devrait baisser, suscitant des inquiétudes quant à des restrictions d'exportation prolongées. Ces inquiétudes ont été déclenchées par une combinaison de facteurs, notamment l'interdiction des exportations de riz blanc non basmati en juillet, l'impact imprévisible d'une mousson irrégulière et les élections imminentes, tant au niveau des États qu'au niveau national.

La production en Inde, le plus grand exportateur de riz au monde, fait l'objet d'un examen intensif après que le gouvernement ait interdit les exportations de riz blanc non basmati en juillet, entraînant une hausse des prix mondiaux du riz. L'interdiction a été promulguée en réponse à la crainte d'une augmentation des prix alimentaires intérieurs et à la nécessité de garantir des approvisionnements suffisants pour la population du pays.


Cependant, prévoir l'état de la récolte de riz de cette année s'avère être une tâche difficile en raison de la mousson irrégulière. Malgré une augmentation de la superficie consacrée à la culture du riz, diverses prévisions suggèrent que la production de riz pourrait chuter de jusqu'à 8 % par rapport aux niveaux records de l'année précédente. Cette incertitude alimente les craintes des agriculteurs et des commerçants quant à une éventuelle prolongation des restrictions à l'exportation de riz.


La moindre production de riz, associée à des prix intérieurs du riz constamment élevés, suscite de l'anxiété parmi les agriculteurs et les commerçants. Cette situation est particulièrement préoccupante alors que cinq élections d'État se déroulent ce mois-ci et qu'une élection générale est prévue pour l'année suivante. La priorité du gouvernement est de maintenir les prix alimentaires sous contrôle, et même une légère baisse de la production pourrait justifier le maintien des restrictions à l'exportation dans ce contexte politiquement sensible.


Des agriculteurs comme Ramkali Bhargav, en Uttar Pradesh, ont connu l'imprévisibilité de la récolte de cette année. Ses champs de riz ont d'abord souffert d'une période de sécheresse, suivie d'inondations. Juste avant la récolte, de fortes pluies et des vents ont couché sa récolte de riz. Les fluctuations soudaines des conditions météorologiques rendent difficile pour les agriculteurs de prédire avec précision leurs rendements, ce qui se traduit par des pertes de récolte.


La baisse de la production de riz en Inde a des répercussions importantes, touchant les gouvernements et les consommateurs en Asie et en Afrique qui ont du mal à obtenir des approvisionnements en denrées alimentaires de base. La situation s'est aggravée lorsque les prix mondiaux du riz ont atteint un sommet de 15 ans après que l'Inde a restreint ses exportations de riz, qui représentent généralement 40 % du commerce mondial du riz. Des restrictions d'exportation prolongées pourraient encore gonfler les prix alimentaires, en particulier dans des pays aux stocks faibles, tels que la Thaïlande, le Vietnam, le Pakistan et le Myanmar.


L'année se terminant en juin 2023 a vu l'Inde produire un record de 135,76 millions de tonnes de riz. Cependant, les projections pour l'année en cours prévoient une baisse de la production de riz de 7 % à 8 % par rapport à l'année précédente. Le Département de l'agriculture des États-Unis prévoit une baisse de 3 %, soit environ 4 millions de tonnes, portant la production totale de riz pour l'année se terminant en juin 2024 à 132 millions de tonnes.


La récolte de riz en diminution est largement attribuée aux schémas irréguliers de la mousson. Les niveaux d'eau dans les principaux réservoirs de l'Inde sont tombés à 71 % de leur capacité à la fin d'octobre, contre 89 % il y a un an. La répartition inégale des pluies lors de la mousson estivale a joué un rôle clé dans la baisse de la récolte de riz de cette année.


L'inflation alimentaire est un problème particulièrement sensible en Inde, où le gouvernement a mis en place diverses mesures pour freiner la hausse des prix. Cela comprend l'interdiction des exportations de blé, la restriction des exportations de sucre et d'oignons, et l'autorisation d'importations en franchise de droits de légumineuses. Malgré les restrictions à l'exportation, les prix locaux du riz restent presque 15 % plus élevés qu'il y a un an.


De plus, l'Inde envisage de prolonger un programme qui fournit des céréales gratuites ou subventionnées à plus de 800 millions de personnes. Cette mesure est nécessaire car les stocks de blé diminuent, ce qui entraîne une dépendance croissante au riz en tant que source alimentaire de base.


Face à ces défis, la priorité du gouvernement est de garantir un approvisionnement adéquat en riz pour la distribution subventionnée à ses citoyens. Les considérations relatives à l'exportation ne seront prises en compte qu'après les élections générales, soulignant l'engagement du gouvernement envers la sécurité alimentaire nationale.

En réponse aux restrictions d'exportation de l'Inde, d'autres pays exportateurs de riz, tels que la Thaïlande et le Vietnam, ont augmenté leurs exportations de riz, mais agissent avec prudence en raison de stocks limités. Cette situation mondiale met en lumière l'interaction complexe entre les considérations politiques intérieures, les facteurs climatiques et la dynamique de l'offre alimentaire mondiale sur le marché du riz. Alors que la récolte de riz de l'Inde connaît un déclin, le monde observe avec un vif intérêt, conscient des conséquences potentielles pour la sécurité alimentaire et les prix mondiaux du riz.

18 vues0 commentaire

Comments


bottom of page