top of page
Rechercher
  • Vibaantta

Les Restrictions d'Exportation de Riz de l'Inde Susceptibles d’Être Maintenues Jusqu’en 2024, Menaça


Rice Export Restrictions

L'Inde, leader mondial de l'exportation de riz, devrait maintenir ses restrictions sur les ventes à l'étranger jusqu'à l'année prochaine, ce qui pourrait maintenir le prix du grain à des niveaux proches des plus hauts depuis la crise alimentaire de 2008.

Reconnue pour représenter près de 40% des expéditions mondiales de riz, l'Inde a construit sa réputation en proposant des prix bas et en disposant de réserves importantes, fournissant principalement des pays africains comme le Bénin et le Sénégal. Cependant, les restrictions croissantes imposées par le Premier ministre Narendra Modi visent à juguler la hausse des prix intérieurs et à protéger les consommateurs indiens.

Sonal Varma, économiste en chef pour l'Inde et l'Asie hors Japon chez Nomura Holdings Inc., a souligné que tant que les prix intérieurs du riz subiront des pressions à la hausse, ces restrictions sont susceptibles de perdurer, voire d'être prolongées au-delà des prochaines élections si les prix demeurent instables.

L'Inde a mis en place des droits d'exportation et des prix minimums, restreignant l'exportation de certaines variétés de riz, ce qui a entraîné une hausse significative des prix, atteignant un pic de 15 ans en août. Les acheteurs de pays importateurs vulnérables ont retardé leurs achats, tandis que certains ont cherché des dérogations. En octobre, les prix du riz étaient toujours en hausse de 24% par rapport à l'année précédente, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

B.V. Krishna Rao, président de l'Association des exportateurs de riz représentant les expéditeurs du pays, a affirmé que le gouvernement maintiendrait probablement les restrictions à l'exportation jusqu'aux prochaines élections, dans le but de sécuriser les approvisionnements intérieurs et de stabiliser les prix en hausse.

La menace imminente d'El Niño complique davantage le marché mondial du riz en risquant de réduire les rendements des cultures en Asie. La Thaïlande, deuxième exportateur mondial de riz, prévoit une baisse de 6% de la production de riz paddy en raison du temps sec attendu en 2023-2024.

Joseph Glauber, chercheur principal à l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, a souligné le défi, affirmant que les restrictions de l'Inde laissent un vide considérable sur le marché, soulignant que les autres fournisseurs sont limités.

Les incertitudes entourant les conditions des cultures en Inde amplifient la prudence des décideurs. La récolte de mousson pourrait chuter de près de 4% par rapport à l'année précédente en raison de précipitations erratiques, selon les estimations du ministère de l'agriculture. Cette incertitude souligne l'importance de maintenir des approvisionnements pour le vaste programme alimentaire gratuit de l'Inde, bénéficiant à plus de 800 millions de citoyens.

L'impact de la hausse des prix alimentaires reste évident, avec une hausse de 18% des prix de détail du riz à New Delhi par rapport à l'année précédente, accompagnée d'une augmentation de 11% des prix du blé, selon les données compilées par le ministère de l'alimentation.

Alors que les politiques de l'Inde pourraient bénéficier à sa population, des préoccupations persistent pour les populations vulnérables dans d'autres régions telles que l'Afrique et l'Asie, où des millions de personnes dépendent d'un approvisionnement mondial stable et abordable en riz.

Aux Philippines, l'inflation du riz a atteint un pic de 14 ans en septembre, malgré les directives présidentielles visant à plafonner les coûts. L'Indonésie, se préparant à une élection présidentielle en 2024, intensifie ses importations pour freiner la hausse des prix. Pendant ce temps, en Afrique de l'Ouest, les Nigérians font face à une augmentation de 61% des prix du riz, contribuant à un taux d'inflation alimentaire annuel stupéfiant de 30,6% en septembre.

L'industrie rizicole américaine a critiqué l'interdiction d'exportation de l'Inde comme étant inutile. Peter Bachmann, président-directeur général de USA Rice, a averti que lorsque l'Inde lèvera finalement l'interdiction d'exportation, cela pourrait à nouveau perturber considérablement les prix mondiaux, affectant divers exportateurs, en particulier en Asie.

Alors que l'Inde jongle entre les besoins intérieurs et les demandes du marché mondial, les restrictions prolongées à l'exportation continuent de faire des vagues à travers le monde, affectant les nations dépendantes d'un approvisionnement stable et abordable en riz.

16 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page